Franz Stangl et moi

« Au début il y aurait eu cet homme, Franz Stangl, né en Autriche en mars 1908, bon professionnel de la police autrichienne, embauché par l’Histoire dans la Gestapo, rapidement monté en grade, d’abord surintendant à l’un des hôpitaux du programme d’extermination des handicapés, puis commandant du camp d’extermination de Treblinka en 1942.
Sa dernière promotion. De là, l’Italie, la défaite, la fuite, le faux nom et l’installation au Brésil. De longues et belles années jusqu’à l’arrestation en 1967, l’extradition en Allemagne, le procès, la condamnation à perpétuité, puis l’appel. Au début du récit, il y aurait pourtant cette phrase prononcée la veille de sa mort, “Je n’ai plus d’espoir”, presque une phrase finale, précédée d’un “À présent j’ai tout dit pour la première fois”, le différenciant cette fois radicalement des autres responsables et qui entamerait la dernière période de son existence, environ vingt-quatre heures, l’engageant de façon inattendue dans une voie presque contraire à ce qu’il avait vécu jusque-là.
D’où mon attrait peut-être, le désir d’en savoir plus. Une entrée en matière en tout cas, et ce Franz Stangl et moi venu d’emblée, en une fois. » Dominique Sigaud

Franz Stangl et moi de Dominique Sigaud, Editions Stock, 17/08/2011 – 220 pages

Actualités

Pensées du cinéma, une rencontre avec Raymond Bellour autour de ses livres

follow url Vendredi 5 mai, 17h00 à la librairie, entrée libre

La Nouvelle Librairie Française à le plaisir d’accueillir Raymond Bellour, écrivain, critique et théoricien du cinéma pour une rencontre autour de ses livres.
la conversation ... Lire la suite